Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

lundi 15 janvier 2018

Yves Tanguy

 5 janvier 1900 15 janvier 1955

Ce qui me rapproche d’Yves Tanguy :

« Le langage de TANGUY est un mot de passe qui permet de s'échapper vers la lumière  du jour. »



Sa signature :

Recherches associées :






Ce qu’ils en pensent :


En mai 1927 à l'occasion de l'exposition des premières oeuvres de TANGUY à la Galerie Surréaliste de Paris, André BRETON dans sa préface nous dit que cela : " lui permet de s'aventurer aussi loin qu'il veut et de nous livrer de l'inconnu des images aussi concrètes que celles que nous nous passons du connu."


Tandis qu'en 1929, DESNOS interprète les oeuvres de TANGUY comme une " description cruelle et minutieuse des lendemains de catastrophe (... ) l'une des plus méchantes peintures que je connaisse." En savoir +


Ils sont nés un 15 janvier :  Molière (1622), Lloyd Bridges (1913), Martin Luther King (1929), Dan Ar Braz (1949), Frederick Lloyd (1880), …


Ils nous ont quittés un 15 janvier : Giovanni Battista Sammartini (1775), Harry Nilsson (1994),  Nagisa Oshima (2013), ...

Martin Luther King

15 janvier 1929 - 4 avril 1968

Ce qui me rapproche de Martin Luther King :

M-L-K a été influencé par GANDHI

Martin Luther King décide de ne jamais utiliser la violence et prend exemple sur Gandhi. A son image, il s'inspire énormément de sa lutte non-violente et décide d'en faire son unique moyen d'action… En savoir +

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »


Extrait du Discours - 31 Mars 1968

 « La race humaine doit sortir des conflits en rejetant la vengeance, l'agression et l'esprit de revanche. Le moyen d'en sortir est l'amour."

 

 J'ai offert ce portrait à :

  


Leurs réponses :


  
Ils sont nés un 15 janvier :  Molière (1622), Lloyd Bridges (1913), Dan Ar Braz (1949), Frederick Lloyd (1880), …
Ils nous ont quittés un 15 janvier : Giovanni Battista Sammartini (1775), Yves Tanguy (1955), Harry Nilsson (1994),  Nagisa Oshima (2013), ...

dimanche 14 janvier 2018

Pierre Loti


14 janvier 1850 - 10 juin 1923


 Ce qui me rapproche de Pierre Loti :



Le dessin



« Tout ce que je sais, je l'ai appris à mes dépens.»

« Et l'amitié, qui est un sentiment plus sévère, plus solidement assis, puisqu'il repose sur tout ce qu'il y a de plus élevé en nous, la partie purement intellectuelle de nous-même. Quel bonheur de pouvoir dire tout ce que l'on sent à quelqu'un qui vous comprend jusqu'au bout et non pas seulement jusqu'à un certain point, à quelqu'un qui achève votre pensée avec le même mot qui était sur vos lèvres, dont la réplique fait jaillir de chez vous un torrent de conceptions, un flot d'idées. Un demi-mot de votre ami vous en dit plus que bien des phrases, car vous êtes habitué à penser avec lui. Vous comprenez tous les sentiments qui l'animent et il le sait. Vous êtes deux intelligences qui s'ajoutent et se complètent. »

 « Quand nous mourrons, ce n'est que le commencement d'une série d'autres anéantissements partiels, nous plongeant toujours plus avant dans l'absolue nuit noire. Ceux qui nous aimaient meurent aussi ; toutes les têtes humaines, dans lesquelles notre image était à demi conservée, se désagrègent et retournent à la poussière ; tout ce qui nous avait appartenu se disperse et s'émiette ; nos portraits, que personne ne connaît plus s'effacent - ; et notre nom s'oublie -; et notre génération achève de passer.. »


Dans sa bibliographie :


RECHERCHE ASSOCIEE :



Pierre Loti portraits, les fantaisies changeantes,
Bruno Vercier, Plume, 2002, 160 pages

Si Pierre Loti, aujourd'hui, nous fascine, c'est sans doute moins par ses livres que par l'image qu'il a laissée de lui-même. Rarement écrivain célèbre a-t-il autant joué avec sa propre apparence, s'est-il autant « exposé ». 
Au gré de ses voyages, des fêtes qu'il donne dans sa maison de Rochefort, transformée en un théâtre fantastique aux surprenants décors,  ou tout simplement de ses « fantaisies changeantes », il revêt uniformes, costumes, déguisements de toutes sortes - et puis il pose -, un peu pour les peintres, beaucoup pour les photographes. 
À chaque fois surgit, phénix insaisissable, un nouveau Loti, plus inattendu que le précédent. 
Aucun pourtant n'est le vrai Loti, multiple, contradictoire, « infiniment divers », et dont la vérité est dans le changement même. L'ensemble de ces images construit l'autoportrait d'un sujet qui jamais  « ne se ressemble», et qui, l'un des premiers, a saisi que l'artiste pouvait être à lui-même son propre matériau, soumis aux jeux du drapé, de la lumière et du temps. En savoir +


AUTEURS PROCHES DE Pierre Loti

Jules Verne


Honoré de Balzac





Ils sont nés un 14 janvier : Guy Williams (1924), Pierre Loti (1850), Etienne Daho (1956), ...

Ils nous ont quittés un 14 janvier : Jean-Auguste-Dominique Ingres (1867),  Daniel Balavoine (1986), Thierry Sabine (1986), Jacques Faizant (2006), …

Lewis Carroll


27 janvier 1832 14 janvier 1898

Ce qui me rapproche de Lewis Carroll :

«Tout a une morale si l’on cherche bien.»

« A quoi peut servir un livre sans images ni dialogues ? » Extraits d’Alice au pays des merveilles

«Soyez ce que vous voudriez avoir l'air d'être.»


Dans sa bibliographie

De l'autre côté du miroir

1871

Dans la maison du Miroir, tout est inversé. Alice, fascinée, s'empresse de passer de l'autre côté. S'ouvre alors à elle un monde merveilleux où les fleurs parlent, où un oeuf érudit marche sur un mur, et où, aux côtés de la Reine Blanche et de la Reine Rouge, elle devra prendre part à une partie... Lire la suite

Recherches associées




J'ai offert ce portrait à 


Olivier Cadiot

Son hommage :

Ils sont nés un 14 janvier : Guy Williams (1924), Pierre Loti (1850), Etienne Daho (1956), ...

Ils nous ont quittés un 14 janvier : Jean-Auguste-Dominique Ingres (1867),  Daniel Balavoine (1986), Thierry Sabine (1986), Jacques Faizant (2006), …

Daniel Balavoine

5 février 1952 - 14 janvier 1986 

Ce qui me rapproche de Daniel Balavoine :


J'ai offert ce portrait à :



 Photo Souvenir :



L'Hommage de
Florence Aboulker

« La vie, tu n'as pas arrêté de la chanter. Mais si on écoute bien tes chansons, ce que j'ai fait comme des centaines de milliers de gens, on découvre que derrière cette soif de vivre, il y a une prescience de la mort : "Je cours, je me raccroche à la vie" … Mais on ne sait rien entendre, rien écouter, même si notre métier n'est fait que de mots, d'écoute, de sons ». En savoir +

Autre portrait de Daniel


Ils sont nés un 14 janvier : Guy Williams (1924), Pierre Loti (1850), Etienne Daho (1956), ...

Ils nous ont quittés un 14 janvier : Jean-Auguste-Dominique Ingres (1867),  Thierry Sabine (1986), Jacques Faizant (2006), …

samedi 13 janvier 2018

Jeanne Bourin

 13 janvier 1922 - 19 mars 2003

Ce qui me rapproche de Jeanne Bourin :


« - L'amour que Notre Seigneur Jésus-Christ a prêché durant sa vie terrestre est bien autre chose que l'accouplement, même décoré de mille fleurs comme il l'est à présent dans nos romans de chevalerie et dans les règles de la Courtoisie. Il s'agit d'amour absolu, d'une communion d'âme et d'esprit, d'une tendresse universelle, qui nous rapprocherait de celle du Père, qui nous fondrait en une seule adoration, faite de toutes les affections épurées au feu du Seul Amour. Il faut dépasser la chair pour atteindre à une vie plus haute. »


Le Moyen Âge tel que vous ne l’avez jamais lu. Un roman incontournable.



Recherche associée :

Jeanne Bourin : la tendresse du treizième siècle



Ils sont nés un 13 janvier : Cabu (1938),  Richard Anthony (1938), …

Ils nous ont quittés un 13 janvier : James Joyce (1941), Marcel Camus (1982), Denise Grey (1996),  …

vendredi 12 janvier 2018

Henri-Georges Clouzot

20 novembre 190712 janvier 1977

Ce qui me rapproche d’Henri-Georges Clouzot :

«Le cinéma est une invention permanente.»

Dans sa  filmographie :


Le Mystère Picasso, en 1956. Pour la première fois, ce n’est pas une fiction, mais bel et bien un documentaire, que le cinéaste tourne, en présence de son ami et complice de travail Pablo Picasso. Durant un peu plus d’une heure, Clouzot filme le peintre au travail, devant ses toiles blanches, qui se remplissent au fur et à mesure que le pinceau s’agite. Ce film marque la première incursion du cinéaste dans le domaine de la couleur : certaines séquences restent en noir et blanc, mais d’autres, en couleurs, permettent d’apprécier à sa juste valeur le travail de Picasso. Le film est récompensé à Cannes. Clouzot se distingue dans un nouveau genre.

Recherches associées :

Pablo Picasso




Ils sont nés un 12 janvier :  Charles Perrault  (1628), Jack London (1876), ...

Ils nous ont quittés un 12 janvier : Maurice Gibb (2003), Claude Berri (2009), ...