Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

mercredi 16 mai 2018

Alain Cuny

12 juillet 1908 - 16 mai 1994

Biographie

Alain Cuny, de son vrai nom René Xavier Marie, est un acteur français qui fut l'un des compagnons de la première heure de Jean Vilar au Théâtre national populaire et au Festival d'Avignon.

Encore très jeune, il réalise des décors et dessine des affiches pour le théâtre et le cinéma (en particulier pour La Rue sans joie de Pabst en 1925, Gribiche de Jacques Feyder en 1926). Il s'intéresse aussi à la psychanalyse et au surréalisme, fréquente André Breton, Roger Vitrac, Antonin Artaud, Robert Desnos, Georges Braque et Pablo Picasso.

Tandis qu'il poursuit une carrière de décorateur, il découvre le métier de comédien et devient l'élève de Charles Dullin. il fait ses premières apparitions au cinéma dans Remorques de Jean Grémillon et Madame Sans-Gêne de Roger Richebé. La révélation auprès du public vient en 1942, dans Les Visiteurs du soir de Marcel Carné où il tient le rôle du ménestrel Gilles qui a passé un contrat avec le Diable. Il apparaît encore dans Le Baron fantôme, de Jean Cocteau, en 1943. Pendant la guerre, il rencontre Paul Claudel qui le choisit, en 1944, pour incarner Pierre de Craon dans L'Annonce faite à Marie. C'est le début d'une passion pour Claudel qui durera jusqu'à la fin de sa vie.




"Epitaphe" de Gérard de Nerval lu par Alain Cuny


« Un monstre sacré ». Tel est Alain Cuny défini par Alfred Simon, et bien d’autres de son temps. Il faut dire que déjà à son époque, cet acteur de cinéma, ce comédien de théâtre et cet homme intriguait déjà. Une énigme, en somme…comme il l’est encore aujourd’hui. En savoir + 

J'ai offert ce portrait à
Hugues Aufray

Ce qui me rapproche de lui :

 "Il faut se plier à l'amour"

Sa pensée pour l'acteur :

« Oui, « Les visiteurs du soir » c'est l'un des trois films qui m'ont marqué dans ma jeunesse, avec « L'éternel retour » de Cocteau et « Le Diable au corps » avec Gérard Philipe. Je l'ai vu avec mes frères en 1942 ou en janvier 1943. Le Mal est plus puissant que le Bien, mais parfois le Bien l'emporte. Dans le film, le personnage que joue Alain Cuny échoue dans sa mission et succombe à l'amour. Se plier à l'amour, c'est précisément le message que véhicule mon spectacle. Cuny m'avait tellement impressionné que, comme son personnage, je suis devenu troubadour. » En savoir +


Son hommage :

Ils sont nés un 16 mai : Paolo Antonio Barbieri (1603), Tamara de Lempicka (1898), Alfred Pellan (1906), Mario Monicelli (1915), Liberace (1919), Jacques François (1920), Robert Fripp (1946), Nicole Rieu (1949), ...

Ils nous ont quittés un 16 mai : Django Reinhardt (1953), Sammy Davis Jr. (1990), ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire